Résumé
Cet article décrit le cadre institutionnel de la prise en compte des espèces envahissantes et de leur rôle au regard de la diversité génétique du bétail. La propagation extensive de quelques espèces d’animaux domestiques destinées à la production mondiale de produits alimentaires est une caractéristique de la diversité agricole qui complexifie le point de vue simpliste et purement négatif porté sur les espèces envahissantes. L’auteur examine les différents impacts provoqués par les espèces d’animaux domestiques sur la biodiversité, ainsi que ceux provoqués par la diversité interraciale au sein des espèces et par la diversité intra-raciale sur la biodiversité agricole. La production animale continue de menacer la biodiversité naturelle. La demande croissante en protéines d’origine animale, les écarts de productivité et de technologie ainsi que les préjugés véhiculés par l’information et intégrés au niveau collectif tendent à privilégier les races internationales à haut rendement au détriment des races locales. De ce fait, les races internationales continueront d’envahir l’économie de marché tant que les politiques actuelles n’auront pas rectifié ces distorsions. Plusieurs mesures sont proposées pour maîtriser l’érosion génétique due à des transferts génétiques incontrôlés. Il incombe aux pays, non seulement de maîtriser les espèces allochtones envahissantes, conformément à la Convention sur la diversité biologique, mais aussi d’assurer l’utilisation et la préservation durables des ressources génétiques animales et de préserver la sécurité alimentaire. Il leur revient d’élaborer un compromis équilibré entre ces objectifs politiques majeurs.
 
Mots-clés
Biodiversité agricole – Espèce allochtone envahissante – Race de bétail.