Résumé
Les pandémies survenues dans le passé ont eu pour origine des virus de l’influenza aviaire faiblement pathogènes (IAFP). Plus récemment, le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sous-type H5N1, le virus de l’IAFP de sous-type H9N2 et les virus de l’IAHP et de l’IAFP de type H7 ont été à l’origine de foyers zoonotiques répétés chez l’homme. Ces foyers n’ont pas révélé de transmission interhumaine régulière. L’infection expérimentale pratiquée chez des sujets humains volontaires et les résultats de diverses études séroépidémiologiques indiquent que l’homme est également sensible à d’autres sous-types des virus de l’influenza aviaire. Les virus de type H7 sont surtout responsables de conjonctivite et de maladies similaires à la grippe (ILI) ; dans un cas toutefois, le sous-type H7N7 du virus de l’IAHP a provoqué une maladie respiratoire à issue fatale. Les virus de l’IAFP de sous-type H9N2 provoquent des formes modérées d’ILI ; leur incidence réelle est donc probablement sous-estimée. En revanche, les virus H5N1 de l’IAHP qui circulent actuellement présentent une virulence exceptionnelle chez l’homme ; leur pathogénie se distingue également de celle des virus de la grippe saisonnière humaine. Les sujets atteints présentent une pneumonie virale primaire évoluant vers un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et un syndrome de dysfonctionnements organiques multiples. Plus de 380 cas humains ont été confirmés à ce jour, avec un taux de mortalité global de 63 %. La transmission zoonotique de l’influenza aviaire reste un évènement rare ; en revanche, le risque que ces virus s’adaptent pour faciliter la transmission humaine représente un plus grand danger pour la santé publique ; dans ce cas en effet, une pandémie n’est pas à exclure. Une meilleure connaissance de l’écologie des virus de l’influenza aviaire et des facteurs biologiques déterminant la transmissibilité et la pathogénicité de ces virus chez l’homme est essentielle pour préparer l’éventualité d’une pandémie.
 
Mots-clés
Clinique – Épidémiologie – Évaluation du risque – Infection expérimentale – Influenza aviaire – Pandémie – Pathogénie – Sous-type H5N1 – Sous-type H7N7 – Sous-type H9N2 – Transmission.