Afin de déterminer la situation de la tuberculose bovine à Addis-Abeba, Éthiopie, 1 869 animaux répartis dans 106 exploitations ont été soumis au test comparatif intradermique à la tuberculine. Des informations épidémiologiques ont également été recueillies, centrées sur les facteurs jouant un rôle épidémiologique ainsi que sur les caractéristiques locales des pratiques d’élevage. En outre, des échantillons de lait ont été prélevés sur des vaches ayant réagi au test de la tuberculine, afin d’isoler et de caractériser les mycobactéries. Les données ont été analysées au moyen du test statistique du x², du modèle de régression simple et du modèle de régression logistique pas à pas. Au niveau des exploitations, sur les 106 fermes examinées, 46 (avec un intervalle de confiance [IC] de 95 % compris entre 33,8 % et 53,4 %) possédaient des vaches ayant réagi au test comparatif intradermique. Au niveau des animaux, sur les 1 869 animaux testés, 443 (avec un IC de 95 % compris entre 21,8 % et 25,7 %) ont réagi au test comparatif intradermique. En outre, près de 8,5 % des vaches sensibles à la tuberculine (soit 12 sur un échantillon de 141) excrétaient des bactéries acido-alcoolo-résistantes par le lait. Les auteurs décrivent ces micro-organismes en détail. Les facteurs qui ont probablement augmenté le risque de tuberculose bovine à Addis-Abeba sont la taille importante des troupeaux, les pratiques d’élevage en stabulation, les conditions sanitaires médiocres et le fait que les animaux étaient assez vieux. De même, suivant que la condition physique des animaux était notée mauvaise, médiocre ou bonne, la probabilité qu’ils donnent des résultats positifs décroissait (rapport de cotes [odds ratio] = 0,54 ; p < 0,01). Il n’a pas été trouvé de corrélation significative entre d’autres facteurs (tels que la race, le sexe ou le statut physiologique des animaux) et la sensibilité à la tuberculine. L’observation selon laquelle les troupeaux de grande taille et souvent mal tenus sont davantage exposés à la tuberculose bovine laisse supposer que l’incidence de cette maladie à Addis-Abeba augmente en même temps que s’intensifie l’exploitation des races laitières. Si des mesures ne sont pas prises rapidement, les conséquences risquent d’être très graves pour l’économie et la santé publique.
 
Mots-clés
Éthiopie – Ferme laitière – Lait – Mycobacterium bovis – Race exotique – Test à la tuberculine – Tuberculose bovine.