La détection effective de Salmonella enterica sérovar Enteritidis dans les œufs est rendue difficile par la prévalence généralement faible des œufs contaminés, par le nombre limité de S. Enteritidis présentes dans les œufs contaminés ainsi que par la présence de substances inhibitrices dans l’albumine. Pour toutes ces raisons, il est souvent nécessaire de procéder à l’analyse de vastes échantillons composites d’œufs, ce qui représente un défi logistique et microbiologique considérable au vu du petit nombre de micro-organismes à détecter à partir d’une telle matrice d’échantillons. Dans certaines études réalisées à partir d’œufs inoculés artificiellement, la procédure standard de culture de Salmonella, à savoir le pré-enrichissement suivi de l’enrichissement en milieu sélectif et l’isolement, a été remplacée par l’incubation d’échantillons composites d’œufs à une température comprise entre 25 °C et 37 °C suivie de l’isolement direct. Toutefois, dans la plupart des cas où des échantillons composites d’œufs naturellement contaminés sont utilisés, il peut s’avérer utile de renforcer la méthode traditionnelle en trois étapes par un ajout d’antibiotiques et de sels de fer.
 
Mots-clés
Albumine – Culture – Échantillon composite – Épreuve de détection – Isolement – œuf – Pré-enrichissement – Salmonella Enteritidis.