La gale sarcoptique, due à Sarcoptes scabiei, provoque des épizooties chez de nombreuses espèces d’animaux sauvages, notamment des canidés sauvages en Amérique du Nord, en Europe et en Australie, des chats sauvages en Europe et en Afrique, des ongulés et des sangliers en Europe, les wombats et les koalas en Australie, ainsi que des grands singes et plusieurs types de bovidés en Afrique. Quoique les taux de mortalité puissent paraître dévastateurs à court terme, en réalité dans une population autonome la mortalité n’est pas compensatoire et par conséquent une épizootie de gale n’affecte généralement pas la dynamique des populations à long terme. En revanche, un foyer de gale peut avoir un impact très grave sur les populations survivantes ou dispersées inscrites sur les listes CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), ou sur les espèces menacées pour lesquelles chaque animal mort peut signifier un risque d’extinction. La pathogénie de la gale et les signes cliniques correspondants dépendent du degré d’immunité de l’hôte.

Chez les animaux exposés pour la première fois, immunodéprimés ou anergiques, et incapables de présenter une réaction d’hypersensibilité, on observe une hyperkératose épidermique extensive, habituellement sans alopécie marquée, mais avec une inflammation dermique chronique sous-jacente et la présence dans la peau de nombreux acariens. En revanche, les hôtes immunocompétents développeront de fortes réactions d’hypersensibilité de types I et IV se traduisant par une diminution sensible du nombre d’acariens dans la peau puis leur élimination. Toutefois, la peau est soumise à d’importantes modifications structurelles et fonctionnelles ; elle s’épaissit, devient grisâtre et l’on observe une hyperéosinophilie de l’épiderme et du derme. Dans la plupart des cas, l’alopécie est quasi intégrale. L’isolement et le traitement des animaux infectés peuvent être d’un grand secours ; ils ont donné de bons résultats chez les populations survivantes de certaines espèces particulièrement menacées.