La fièvre aphteuse est enzootique parmi les populations de buffles d’Afrique (Syncerus caffer) du Parc national Kruger et d’autres parcs de la région. Le dernier foyer signalé parmi les animaux domestiques en dehors de la zone de contrôle date de 1957. Pour avoir réussi à maîtriser la maladie, le pays s’est vu reconnaître par l’OIE, en 1995, le statut de zone indemne de fièvre aphteuse où n’est pas pratiquée la vaccination. L’Afrique du Sud a perdu ce statut en septembre 2000 lors de l’apparition du premier cas dû au sérotype O jamais enregistré dans le pays, dans un élevage de porcs de la province du KwaZulu-Natal, imputé à l’utilisation illégale d’eaux grasses non traitées pour l’alimentation des porcs. En novembre 2000, un foyer de fièvre aphteuse dû au sérotype SAT 1 a été détecté dans un parc d’engraissement situé dans la zone indemne de la province de Mpumalanga. Le foyer à virus de sérotype SAT 1 a été attribué à des bovins de la zone de contrôle de la fièvre aphteuse, située au sud du Parc national Kruger. Un buffle était entré en contact avec du bétail suite à de graves dégâts occasionnés par les inondations à la clôture à gibier entourant le parc. Un autre foyer a également été détecté dans la zone de contrôle de la fièvre aphteuse en février 2001. Un buffle échappé du Parc national Kruger était également à l’origine de ce foyer à sérotype SAT 2. Tous ces foyers ont été maîtrisés et l’Afrique du Sud a recouvré en mai 2002 le statut de zone indemne de fièvre aphteuse sans vaccination. L’apparition de ces foyers a imposé un réexamen des méthodes de lutte et de confinement de la fièvre aphteuse en application depuis de nombreuses années et conformes aux pratiques acceptées à l’échelle internationale. Les auteurs expliquent les arguments qui ont conduit à l’adoption des différentes stratégies de prophylaxie, la nécessité d’une démarche pluridisciplinaire dans la lutte contre la maladie, l’interaction entre prophylaxie, aide technologique et appui au diagnostic, ainsi que les enseignements tirés de l’expérience. Ils avancent également quelques propositions de stratégie de lutte pour les années à venir.