Les auteurs passent sommairement en revue les Services vétérinaires de la République de Corée et du Japon. Ces deux pays n’ont cessé de déployer des efforts pour développer leurs Services, qui souffrent actuellement d’un manque de personnel, et leur permettre de répondre au nombre croissant de demandes qui leur sont adressées. Soucieuses de maîtriser certains des problèmes engendrés par les échanges internationaux, tels que la fièvre aphteuse et la peste porcine classique, les autorités coréennes envisagent de renforcer leurs services de quarantaine en fusionnant le Service national de quarantaine et de recherche vétérinaire et le Service national d’inspection phytosanitaire du Ministère de l’agriculture et des forêts (MAF). L’organisation des services de santé publique vétérinaire s’articule différemment en République de Corée et au Japon : en République de Corée, tous les Services vétérinaires, y compris la santé publique vétérinaire relèvent du MAF ; au Japon, la production animale et les services sanitaires sont du ressort du Ministère de l’agriculture, des forêts et des pêcheries (MAFF), alors que la sécurité sanitaire des produits d’origine animale, les toxi-infections alimentaires et la prévention et le contrôle des zoonoses (rage et fièvre Q, par exemple) sont de la compétence du Ministère de la santé, de l’emploi et de la protection sociale (MHLW). Après l’apparition de cas d’encéphalopathie spongiforme bovine au Japon en 2001, les autorités ont entrepris un examen approfondi de leurs Services vétérinaires, notamment sur le plan de la sécurité sanitaire des aliments, qui a conduit à une proposition de réorganisation administrative qui sera achevée d’ici la fin 2003. Sous réserve d’une approbation par la Diète (Chambre des conseillers), une commission indépendante pour la sécurité sanitaire des aliments sera créée au sein du cabinet et chargée de l’analyse du risque alimentaire ; la gestion du risque sera assurée par le ministère compétent, c’est-à-dire le MAFF ou le MHLW. Par ailleurs, le département de santé animale du MAFF sera déplacé de la Direction de l’élevage industriel vers une nouvelle « Direction de la sécurité des consommateurs » du MAFF, où il assumera des responsabilités supplémentaires en matière de contrôle de la santé des poissons et de l’innocuité des aliments pour animaux.