Les Services vétérinaires d’Afrique de l’Ouest ont été absorbés par des activités de production et de préservation de la santé animale qui relevaient, jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, quasi exclusivement des services étatiques. Ils ont été appuyés par de nombreux projets, conduits avec des réussites notables. Les aspects de santé publique vétérinaire ont été relégués au second plan, révélant ainsi l’objectif majeur d’amélioration de la productivité et la faible perception, par l’ensemble des acteurs, du concept de sécurité sanitaire des aliments. La prise en compte des nécessités ayant prévalu à la mise en œuvre de programmes d’ajustement structurel dans les secteurs agricoles, et de leurs conséquences, l’observation des principes de l’Organisation mondiale du commerce et la négociation de nouveaux accords de partenariat économique constituent des défis et enjeux importants qu’auront à relever des Services vétérinaires affaiblis. La réorganisation de ces Services s’inscrit donc dans un contexte de mondialisation des problématiques sanitaires, dans un cadre commercial nécessitant une appropriation des normes et textes internationaux en vigueur. Il s’agit pour ces acteurs de relever les défis quant à leurs capacités, et à celles de leur État, à initier une réflexion et à aboutir à une organisation et un fonctionnement obéissant à la mise en œuvre des prérogatives régaliennes liées à la protection de la santé publique, répondant aux attentes des consommateurs, des opérateurs et des États partenaires et soutenant l’épreuve d’une évaluation par les pays tiers. Cependant, il faut tenir compte de facteurs préalables et dynamiques, nécessaires à cette réforme, tels que l’affirmation de la volonté politique et le développement d’une approche régionale au travers des unions économiques, ainsi que de l’indispensable accompagnement des bailleurs de fonds. Afin de nourrir la réflexion, l’auteur propose des recommandations et des axes d’orientation dans les domaines touchant au cadre institutionnel, au personnel vétérinaire et aux besoins en équipement et matériel. L’obtention de Services vétérinaires efficaces, dotés d’une organisation et de modalités de fonctionnement performantes est un processus itératif, dont les délais seront fonction de leur aptitude à réagir. À travers ces défis et enjeux, se joue, dans cette région du monde comme ailleurs, la possible disqualification des Services vétérinaires officiels dans les procédures sanitaires régissant le commerce international.