Auteurs
D. Loureiro, L.F. Moura-Costa, R.S. Jordão, N.C. Menezes, E.S. Macedo, T.S. Guimarães, R. Meyer & R.W. Portela

Résumé (suite)
Dans un groupe de 35 prélèvements issus d’animaux isolés autochtones, le taux d’échantillons positifs était de 47,56 % pour C. pseudotuberculosis, de 42,84 % pour B. ovis, de 54,28 % pour C. abortus et de 11,35 % pour M. agalactiae. Ces résultats constituent le premier rapport sur la prévalence des maladies infectieuses chez le mouton en Guinée équatoriale. Ils soulignent l’importance d’adopter des mesures appropriées afin de prévenir les infections dues à des bactéries endémiques dans le cheptel autochtone de la Guinée équatoriale, à un moment où ce pays cherche à développer l’élevage ovin.