Auteurs
P.F. Favaro, D. Reischak, P.E. Brandão, E.M.C. Villalobos, E.M.S. Cunha, M.C.C.S.H. Lara, G.U. Benvenga, R.A. Dias, E. Mori & L.J. Richtzenhain

Résumé (suite)
S’il n’y a pas eu de différence statistique significative entre les traitements, celui faisant appel à l’enzyme de destruction du récepteur suivi d’une adsorption sur érythrocytes de poule a permis d’obtenir les résultats les plus cohérents, ce qui corrobore les recommandations de l’OIE et de l’OMS en faveur de ce traitement. Les résultats obtenus au moyen de l’inhibition de l’hémagglutination indiquent que le virus H3N8 est présent parmi les animaux testés de l’état de São Paulo. L’algorithme présenté par les auteurs pourrait servir de modèle pour détecter la présence d’anticorps dirigés contre le virus de la grippe équine chez les chevaux : en effet, il permet d’éviter les résultats faussement positifs, ce qui améliore la spécificité du test utilisé.