Résumé (suite)
Jusqu’à une période récente, le présupposé le plus courant était que tous les hôtes intervenant dans un foyer pouvaient être identifiés ; cette exigence s’est considérablement assouplie et de nouvelles méthodes ont été conçues pour travailler à partir d’un échantillon de données plus clairsemé, ce qui permet de se concentrer sur l’identification de paires de séquences révélatrices d’une transmission directe au lieu de déduire l’intégralité de l’arbre de transmission. La plupart des procédures décrites par les auteurs existent sous forme de logiciels libres accessibles aux chercheurs.