Résumé (suite)
Des vaccins utilisant des parasites vivants ont été utilisés sur le terrain pour lutter contre T. parva et T. annulata et ont rencontré un certain succès. Néanmoins, leur utilisation massive est rendue difficile par des contraintes pratiques liées à la production et à la distribution de ces vaccins. Des études sur la réponse immune chez les bovins ont permis de comprendre le mécanisme des réponses protectrices et d’identifier un certain nombre d’antigènes du parasite, qui font actuellement l’objet de recherches complémentaires en vue de développer de nouvelles solutions vaccinales.