Résumé (suite)
La tendance naturelle du virus à conquérir de nouveaux territoires et à réapparaître dans des régions où il avait déjà sévi à l’état endémique, en occasionnant des foyers de très grande envergure dans les populations humaines et animales constitue un défi majeur pour les autorités en charge de la santé publique et de la santé animale. La présence des moustiques compétents en tant que vecteurs dans des pays indemnes de fièvre de la vallée du Rift, la grande diversité des mammifères sensibles au virus, les modifications de l’utilisation des sols, le changement climatique planétaire et l’intensification des échanges et des mouvements d’animaux comptent parmi les facteurs de propagation internationale de la fièvre de la vallée du Rift.