Résumé (suite)
Récemment, une évolution de la distribution mondiale de l’infection par le virus de la FCO a été constatée au niveau régional, en particulier en Europe. Ce phénomène s’explique probablement par le changement climatique et par son impact sur les espèces vectrices de moucherons piqueurs. Néanmoins, le rôle des facteurs anthropiques dans l’émergence du virus de la FCO dans de nouvelles zones est encore mal compris ; par exemple, on ne sait pas encore très bien jusqu’à quel point ces facteurs ont été responsables du déplacement vers le nord et l’est de l’Europe de souches vaccinales à virus vivant atténué et d’une souche du BTV-8 particulièrement virulente et dotée de caractéristiques singulières. À défaut d’une définition complète de l’ensemble des facteurs environnementaux et anthropiques à l’origine de la récente émergence de la FCO dans le nord de l’Europe et ailleurs, il sera difficile de prédire ce que le futur nous réserve en termes d’émergence de l’infection par le virus de la FCO au niveau mondial. Des tests fiables et pratiques sont disponibles pour le diagnostic sérologique et virologique au laboratoire, permettant d’établir un diagnostic sensible et spécifique de l’infection par le virus de la FCO et de confirmer la présence de la maladie chez les animaux. Les stratégies de contrôle et de prévention de la FCO sont par essence largement fondées sur la réactivité aux foyers et reposent généralement sur la vaccination des espèces sensibles d’animaux d’élevage ainsi que sur les restrictions imposées aux échanges et aux déplacements d’animaux.