Résumé (suite)
La présence de résidus d’antibiotiques dans les aliments d’origine animale peut être à l’origine d’allergies, de cancers, de modifications de la flore intestinale, de résistances bactériennes et d’inhibitions des phénomènes de fermentation en industrie laitière. Une harmonisation des règlementations en Afrique peut réduire la circulation d’antibiotiques prohibés et permettre la mise en place d’un plan de contrôle et de surveillance des résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments d’origine animale.