Résumé (suite)
Le test de neutralisation virale a fait apparaître une augmentation des titres d’anticorps dirigés contre le BoHV1 dans les paires d’échantillons de sérum allant du double au quadruple ; l’épreuve ELISA de compétition a également détecté la présence d’anticorps dirigés contre le BoHV1 dans les paires d’échantillons analysés. Des échantillons de sérum ont été prélevés de 43 taureaux qui avaient été en contact avec les animaux de l’étude, environ 22 jours après l’apparition des premiers signes cliniques dans le troupeau. Chacun des deux tests visant à détecter la présence d’anticorps dirigés contre le virus BoHV1 dans les échantillons de sérum a donné 30 résultats positifs, tandis que 25 sérums ont donné des résultats positifs aux deux tests. Au total, 35 sérums ont donné des résultats positifs à l’un, à l’autre ou aux deux tests. Les résultats des deux tests coïncidaient à 76,74 %. La détection d’anticorps s’est avérée plus sensible que spécifique. L’amplification en chaîne par polymérase a permis d’amplifier la région C de la glycoprotéine de l’ADN génomique du virus BoHV1 à partir des échantillons de sperme. Les résultats de cette étude démontrent la nécessité de soumettre impérativement les taureaux dont la semence est destinée aux banques de sperme congelé à un contrôle continu afin d’éviter les risques associés à l’insémination artificielle.