Résumé (suite)
En ce qui concerne les personnes exposées, les résultats de l’épreuve ELISA de compétition ont été positifs chez 9 % des agents de l’abattoir travaillant en contact avec les animaux. Il ressort de cette étude que deux facteurs sont susceptibles d’accroître la probabilité de survenue d’un foyer de fièvre de la vallée du Rift parmi les animaux sacrifiés et les pèlerins : i) les importations à grande échelle en Arabie saoudite de petits ruminants provenant de la Corne de l’Afrique peu avant la saison du pèlerinage et ii) les mouvements vers La Mecque d’animaux provenant du sud-ouest du pays, où la maladie est endémique (région de Jizan), en particulier pendant les semaines précédant la saison de pèlerinage. Compte tenu de ces observations, les auteurs recommandent i) que l’intégralité de la réglementation concernant les importations d’animaux en Arabie saoudite à partir de l’Afrique soit rigoureusement appliquée, notamment l’obligation de vacciner contre la fièvre de la vallée du Rift tous les ruminants destinés à être exportés en Arabie saoudite, dans un délai d’au moins deux semaines avant l’exportation, et ii) que les mouvements d’animaux provenant de la région endémique du sud-ouest du pays (région de Jizan) vers La Mecque soient strictement interdits.