Résumé (suite)
Les capacités désignent plusieurs variables telles que les compétences, la santé, l’aptitude et les connaissances ; la bonne volonté regroupe la motivation, la satisfaction au travail et l’attitude vis-à-vis des animaux et du travail ; quant aux possibilités, elles concernent les conditions de travail, les interactions avec les collègues et les stratégies et règlements de l’entreprise. Les auteurs examinent brièvement l’influence exercée par les techniciens d’élevage sur le bien-être et la productivité des animaux ainsi que les possibilités d’améliorer les performances de ces personnels au moyen de formations. Il apparaît clairement que le secteur de l’élevage doit prévoir de former en permanence ces personnels afin d’assurer la qualité des opérations et des soins prodigués au bétail. Une sous-estimation du rôle et de l’importance des techniciens d’élevage compromet sérieusement le bien-être et la productivité des cheptels. Le personnel d’élevage constitue sans aucun doute le facteur ayant le plus d’influence sur la qualité des opérations d’élevage, le bien-être animal et la productivité des animaux. On peut s’attendre à ce que le secteur de l’élevage et la société tout entière accordent une attention croissante aux compétences de ces personnels en matière de gestion du bien-être animal.