Résumé (suite)
Force est de constater en ce XXIe siècle que des règles datant de plus de 1 400 ans semblent très proches des normes élaborées par l’OIE en la matière. L’OIE joue un rôle important en faveur du bien-être animal par le biais des normes internationales qu’il prépare sur le sujet. Ces normes peuvent apporter aux pays une aide précieuse sous deux aspects : d’une part, en les aidant à concevoir une législation sur le bien-être animal ou, le cas échéant, à améliorer celles qui existent ; d’autre part, en facilitant les interactions entre les Pays Membres d’une région lors de la conception et l’amélioration d’un plan stratégique régional destiné à promouvoir le bien-être animal. Les normes de l’OIE étant compatibles avec les préceptes de la loi islamique, les législations portant sur le bien-être animal devraient se référer à ces normes et en assurer la mise en œuvre au plan national. Il est donc souhaitable que l’OIE, les Services vétérinaires et les autorités religieuses de la région commencent à travailler ensemble dans le but d’améliorer le bien-être animal.