Résumé (suite)
En ce qui concerne le principal agent de la trichinellose chez l’homme, Trichinella spiralis, l’infestation est généralement due à l’ingestion de viande de porc contaminée, ou, de plus en plus souvent, de viande de gibier. La cysticercose humaine est exclusivement due à la consommation de viande de porc (Taenia solium) et de bœuf (T. saginata) contaminée. La consommation de viande mal cuisinée est le principal facteur de risque d’infestation humaine par ces parasites. En revanche, chez les porcs et les bovins, les facteurs de risque d’infestation par Trichinella et Taenia sont très différents. Chez les porcs, la principale source de contamination par T. spiralis est l’exposition à des viandes issues d’animaux parasités (porteurs de larves contaminantes), tandis que les deux espèces de Taenia sont transmises via des matières fécales humaines contenant les oeufs libérés par le ténia adulte présent dans l’intestin de l’hôte. D’où la diversité des méthodes appliquées pour prévenir l’exposition des porcs et des bovins aux stades contaminants de T. spiralis, T. solium, et T. saginata, notamment les mesures de biosécurité au niveau des exploitations. L’auteur examine les stratégies et les méthodes de surveillance de ces parasites chez les animaux d’élevage, y compris les mesures réglementaires indispensables et la collaboration à mettre en place entre les secteurs de la médecine vétérinaire et de la médecine humaine pour réaliser un programme national de notification et de prophylaxie de ces maladies.