Résumé
La santé animale est un facteur déterminant de l’efficacité de la production animale et, partant, de la sécurité alimentaire et de la santé humaine. Ceci s’applique aussi bien aux animaux terrestres qu’aux animaux aquatiques. Bien que l’existence de partenariats entre les producteurs et les services gouvernementaux soit un préalable à l’efficacité des programmes de santé animale, nombre d’activités cruciales dans ce domaine sont conduites directement par les services gouvernementaux. Constatant la nécessité d’améliorer la gouvernance de ces Services dans de nombreux pays en développement, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a élaboré un Outil pour l’évaluation de la performance des Services vétérinaires (Outil PVS de l’OIE), grâce auquel les Services vétérinaires et les Services sanitaires chargés des animaux aquatiques (SSAA) peuvent se soumettre à une procédure d’évaluation visant à renforcer leur gouvernance et à soutenir une mise en œuvre plus efficace des programmes de santé animale. Si les principes de la bonne gouvernance et les outils visant à l’améliorer sont globalement les mêmes dans le secteur des animaux aquatiques et celui des animaux terrestres, le secteur aquicole présente néanmoins des enjeux spécifiques qui ont une incidence sur la gouvernance des services dans ce domaine. Par exemple, le secteur de l’aquaculture connaît un essor rapide et s’intéresse à un nombre croissant d’espèces nouvelles ; les connaissances scientifiques sur les maladies des animaux aquatiques sont encore lacunaires ; il convient d’approfondir les connaissances sur les modes de production durables ; la profession vétérinaire est peu engagée dans le domaine de la santé des animaux aquatiques ; enfin, les qualifications et la formation des professionnels en charge de la santé des animaux aquatiques manquent d’homogénéité au niveau mondial. La croissance de l’aquaculture peut être un moyen de lutter contre la pauvreté et la faim dans les pays en développement. Néanmoins, les maladies animales, l’impact négatif sur l’environnement et les risques en matière de sécurité sanitaire des aliments risquent d’entraver le développement du secteur. Le renforcement de la gouvernance des SSAA et des programmes de santé des animaux aquatiques est le meilleur moyen d’assurer la pérennité et le dynamisme futurs de l’aquaculture. Les auteures examinent les enjeux spécifiques liés à la gouvernance des SSAA et présentent certaines initiatives conduites par l’OIE pour aider les Pays Membres à relever ces défis.
 
Mots-clés
Bonne gouvernance – Processus PVS de l’OIE – Santé des animaux aquatiques.