Résumé
Les antibiotiques jouent un rôle essentiel pour lutter contre les maladies bactériennes des végétaux, en particulier le feu bactérien des poiriers et la tache bactérienne des pêchers. La streptomycine est utilisée dans plusieurs pays ; en revanche, l’utilisation de l’oxytétracycline, de l’acide oxolinique et de la gentamicine est limitée à quelques pays seulement. La pulvérisation d’antibiotiques au printemps empêche la croissance des agents pathogènes sur les fleurs et les feuilles avant qu’une infection ne se produise ; après l’infection, les antibiotiques sont sans effet. Les antibiotiques ne sont utilisés qu’en cas de risque sanitaire élevé, de sorte que le traitement annuel ne concerne qu’une minorité de vergers. Aux États-Unis, le total d’ingrédients actifs administrés dans les vergers en 2009 s’est élevé à 16 465 kg, soit l’équivalent de 0,12 % de la quantité totale d’antibiotiques utilisés en production animale. La durée d’activité des antibiotiques sur les végétaux est inférieure à une semaine et aucune présence significative de résidus n’a été constatée dans les fruits récoltés. Aux États-Unis, les antibiotiques ont été indispensables pour protéger les récoltes pendant plus de 50 ans, sans aucun effet indésirable constaté sur la santé humaine ni d’impact durable sur l’environnement.
 
Mots-clés
Acide oxolinique – Burkholderia glumae – Dépérissement bactérien des panicules de riz – Erwinia amylovora – Feu bactérien des pommiers et des poiriers – Gentamicine – Lutte contre les maladies des végétaux – Oxytétracycline – Résidu d’antibiotiques – Streptomycine – Tache bactérienne des pêchers – Xanthomonas arboricola pv. pruni.