Auteurs
P.K. Biswas, J.P. Christensen, S.S.U. Ahmed, H. Barua, A. Das, M.H. Rahman, M. Giasuddin, M.A. Habib, A.S.M.A. Hannan & N.C. Debnath
 
Résumé
Une étude rétrospective a été conduite au Bangladesh afin de déterminer le taux de mortalité et les signes cliniques chez des poulets de basse-cour infectés naturellement par le virus H5N1 de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP). La totalité des 33 élevages commerciaux et des 25 élevages familiaux concernés par la première vague de foyers d’IAHP (de janvier à novembre 2007) a participé à l’étude. Un questionnaire prototype a permis de recueillir des informations sur les caractéristiques des élevages, les stocks de volailles ainsi que les principaux signes cliniques observés par les éleveurs et/ou les auxiliaires d’élevage. L’évaluation rétrospective des signes cliniques par les vétérinaires participant à l’enquête a été consignée au cours d’entretiens. Après l’apparition des signes cliniques, les taux de mortalité à un jour enregistrés dans les élevages de reproducteurs, les élevages commerciaux de poulets de chair, les élevages commerciaux de poules pondeuses et les élevages familiaux de poulets étaient respectivement de 0,0215, de 0,0341, de 0,0179 et de 0,0703 par poussin à risque. Les quatre signes cliniques prépondérants étaient une cyanose de la crête et des caroncules, un œdème de la tête et de la face, une somnolence, une tendance à se blottir et des ecchymoses et décoloration des pattes. Le premier de ces signes (cyanose de la crête et des caroncules) était aussi fréquent dans les élevages commerciaux que familiaux (p = 0,44) ; en revanche, l’œdème de la tête et de la face était plus fréquent dans les élevages familiaux (p = 0,03).
 
Mots-clés
Bangladesh – Infection naturelle – Influenza aviaire – Influenza aviaire hautement pathogène – Mortalité – Poulet – Virus H5N1 – Volaille.