On observe aujourd’hui un peu partout l’apparition de souches bactériennes résistantes à un ou à plusieurs antibiotiques. La résistance aux antibiotiques est un phénomène complexe qui ne cesse d’évoluer, en posant de graves problèmes potentiels de santé publique et de santé animale au niveau mondial. La maîtrise de la résistance bactérienne est devenue un objectif majeur de la médecine humaine, compte tenu des infections nosocomiales et des agents pathogènes ayant acquis leur capacité de résistance dans le milieu médical. Depuis 1997, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a reconnu la nécessité de tenter de limiter la résistance aux antibiotiques, en recherchant un juste équilibre entre, d’une part, l’impératif de recourir aux antibiotiques pour protéger la santé animale, la production animale et le bien-être des animaux, et, d’autre part, la prise en compte du risque de résistance aux antimicrobiens. Il est essentiel de continuer à poursuivre cet objectif. Il faut également réfléchir aux responsabilités incombant aux autorités en charge de la réglementation ainsi qu’aux organisations internationales compétentes dans ce domaine. En outre, des mesures et des stratégies de gestion des risques ont été introduites en vue de promouvoir l’utilisation responsable et prudente des antibiotiques, dont il est fondamental de bien comprendre les conséquences.