Presse
español
English
informations
programme
participants
rapport 2007
presse
entre autres
soirées
plan
OIE President Dr Barry O’Neil address to Opening Ceremony  
   

COMMUNIQUE DE PRESSE
76ème Assemblée générale annuelle de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)
25 – 30 mai 2008

Au travers de ses activités, l’OIE souhaite inciter les petits éleveurs du monde entier à assumer pleinement leur rôle de premières sentinelles dans la lutte contre les maladies animales.
Les Délégués des 172 Pays et Territoires Membres de l'OIE, réunis en Session générale, ont appelé les petits éleveurs à se rallier aux efforts de surveillance et de détection précoce des maladies animales.
« En tant que partenaires clés des Services vétérinaires, les petits éleveurs jouent un rôle fondamental dans la détection précoce des foyers de maladies. Des programmes de formation doivent être organisés afin de les associer efficacement à cette tâche », a déclaré le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE.

Sécurité alimentaire
Le Comité international a souligné le lien fort qui existe entre la lutte contre la faim dans le monde et la lutte contre les maladies animales et donc entre la sécurité alimentaire et la santé animale. Une résolution spécifique a été adoptée.
Le Comité international a par ailleurs rappelé l’importance du mandat de l’OIE relatif à la sécurité sanitaire des aliments en phase de production.

Reconnaissance officielle par l’OIE du statut sanitaire des Membres
Les Délégués des Pays et Territoires Membres ont approuvé la nouvelle liste des pays ou zones qui avaient demandé la reconnaissance officielle par l'OIE de leur statut sanitaire pour une ou plusieurs des quatre maladies prioritaires suivantes : encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), fièvre aphteuse, péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et peste bovine.

« Les dossiers sont étudiés selon une procédure très démocratique qui engage des experts de renom international, les membres élus de la Commission scientifique de l’OIE pour les maladies animales et les Délégués des 172 Membres, qui ont la possibilité de remettre en cause toutes les propositions », a rappelé aux membres de l'assemblée générale le Docteur Bernard Vallat.

Cette année, l'OIE a procédé à la reconnaissance d'un nombre record de statuts sanitaires pour l'ESB. L’OIE compte désormais 41 Membres reconnus comme ayant un statut de « risque maîtrisé » ou de « risque négligeable », après la reconnaissance cette semaine de 30 Membres.

L'OIE est la seule organisation mondiale qui accorde une reconnaissance officielle des statuts concernant des maladies animales certifiées, y compris l’ESB.

Cinq Membres ont été nouvellement reconnus indemnes de fièvre aphteuse, avec ou sans vaccination, sur tout ou partie de leur territoire.

L'OIE a accordé 13 nouveaux statuts nationaux indemnes pour la peste bovine. L’Organisation a réitéré l’objectif, qu’elle partage avec la FAO, de déclarer à court terme le monde indemne de peste bovine.

En cas d'influenza aviaire hautement pathogène, les Membres de l'OIE doivent échanger les informations biologiques par le biais du réseau OFFLU
Les Délégués ont adopté une résolution engageant les Membres qui déclarent des foyers d'influenza aviaire hautement pathogène à échanger rapidement leurs spécimens biologiques et leurs informations avec la communauté scientifique internationale. Les Membres sont encouragés à utiliser OFFLU, le réseau d’expertise OIE/FAO pour produire et diffuser ces informations, et permettre ainsi la préparation précoce de vaccins à usage humain.
Les Délégués ont souligné l’obligation qu’ont tous les Laboratoires de référence de l'OIE de centraliser, de traiter, d’analyser et de diffuser les données épidémiologiques concernant la maladie dont ils sont responsables.

Notification des maladies animales dans le monde
La situation zoosanitaire mondiale couvrant environ 100 maladies des animaux terrestres et aquatiques a été examinée en détail au cours de la Session.

La notification des foyers de maladies par les Membres s'est considérablement développée dans le monde grâce au nouveau système de déclaration en ligne WAHIS, inauguré en 2006. « Deux ans après son lancement, le système WAHIS répond à toutes les attentes en termes de rapidité, de quantité et de qualité des rapports de notification émanant des Membres. La situation épidémiologique mondiale est de toute évidence, mieux suivie aujourd’hui», a ajouté le Docteur Bernard Vallat.

Amélioration des Services vétérinaires nationaux et extension du réseau scientifique de l'OIE
Conformément aux engagements qu’avait pris l'OIE pour améliorer la gouvernance mondiale en matière de santé animale par l'évaluation d'au moins 105 Services vétérinaires nationaux dans le monde d'ici à 2010, 54 missions d'évaluation des Performances des Services Vétérinaires conduites à l'aide de l'outil dit PVS de l’OIE ont été présentées en détail. Les missions passées et futures ont obtenu le soutien de plusieurs bailleurs de fonds internationaux.

Le Comité international a accrédité 5 nouveaux Centres collaborateurs et 8 Laboratoires de référence, portant à 208 le réseau mondial des centres d'expertise scientifique de l'OIE.
Ce réseau informe en permanence les Membres de l'OIE de toutes les évolutions en matière de méthodes de contrôle des maladies animales.

On observe par ailleurs un intérêt croissant pour l’initiative OIE de jumelage entre laboratoires, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en transition ou en développement, qui peuvent utiliser cette procédure pour accéder au réseau d'excellence de l'OIE.

Les nanotechnologies font désormais l'objet de normes et lignes directrices de l'OIE avec un ajout au chapitre sur les biotechnologies du Manuel OIE des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres, sous l’intitulé « Les nanotechnologies dans le développement des méthodes de diagnostic et des vaccins ».

Nouvelles normes internationales: une attention particulière est accordée au bien-être animal, y compris celui des animaux aquatiques
Dans le cadre de ses activités habituelles de normalisation, le Comité international a actualisé certaines normes internationales et adopté de nouveaux textes visant à renforcer la sécurité sanitaire du commerce mondial ; il a également entériné des lignes directrices destinées à améliorer la surveillance des maladies animales et des zoonoses dans le monde.

Des normes importantes en matière de bien-être animal ont été adoptées, ainsi qu'une nouvelle définition scientifique du bien-être animal et de nouvelles lignes directrices applicables aux animaux aquatiques.

L'OIE a signé un accord avec le Conseil international pour la science des animaux de laboratoire (ICLAS), visant à renforcer la collaboration sur les questions d'intérêt commun liées au bien-être des animaux utilisés à des fins de recherche scientifique.
Un accord a par ailleurs était signé avec le Conseil International des Volailles (IPC)

Les Délégués ont abordé le problème des normes établies unilatéralement par des sociétés privées en matière de santé et de bien-être animal, sans implication directe des gouvernements.

Les discussions ont souligné à nouveau que l'Organisation mondiale du commerce, dans le cadre de l’Accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires, avait officiellement désigné l'OIE comme organisation de référence responsable de l'établissement de normes internationales en matière de maladies animales et de zoonoses.

Environ 600 participants représentant les 172 Pays et Territoires Membres de l’OIE, ainsi que des organisations intergouvernementales (FAO, OMS, Banque mondiale, OMC, etc.), régionales et nationales (FAO, OMS, Banque mondiale, OMC, etc.) ont participé à cette manifestation.

Des autorités de haut niveau dont de nombreux ministres des Membres de l’OIE ont honoré l’assemblée de leur présence.

Contact : Maria Zampaglione
OIE - Departement de Communication
Tel: 33 (0) 1 44 15 18 88
Fax: 33 (0) 1 42 67 09 87
m.zampaglione@oie.int