Les études conduites depuis de longues années pour accroître la résistance génétique aux maladies ont pour but d’améliorer le bien-être des animaux et l’économie de l’élevage. Il y a une dizaine d’années, le coût d’une maladie animale représentait déjà entre 10 % et 20 % de la valeur totale de la production et ce coût n’a certainement pas diminué depuis. Les programmes de sélection génétique visant à améliorer la résistance aux maladies pourraient donc contribuer à accroître sensiblement les gains de production en élevage.

 

Ce numéro spécial de la Revue traite des nombreux mécanismes immunitaires qui entrent en jeu chez les animaux domestiques ainsi que de la variabilité génétique et du rôle des différents loci de résistance ou de sensibilité chez ces espèces. Outre les principes généraux de la résistance génétique chez l’hôte, cet ouvrage décrit les différents agents pathogènes (parasites, bactéries, virus, etc.) en mettant l’accent sur le mode d’action particulier de chacun d’entre eux dans les mécanismes de résistance.

Ce numéro de la Revue détaille également les trois principales stratégies visant à améliorer la résistance aux maladies chez les animaux domestiques, à savoir : les programmes de sélection génétique classiques, basés sur les caractères morphologiques ; la sélection assistée par des marqueurs et utilisant les polymorphismes ADN-dépendants ; et, enfin, les approches transgéniques.

Cet ouvrage réunit 27 articles rédigés par 59 auteurs et coauteurs qui sont tous des spécialistes reconnus sur le plan mondial.