Résumé (suite)
Les Services vétérinaires nationaux, qui mettent en œuvre les normes et les mesures préconisées par l’OIE en matière de santé et de bien-être animal sont aux premières lignes du dispositif de lutte contre ces maladies et doivent se doter des capacités de base nécessaires pour réaliser les tâches de diagnostic et de lutte appropriées. L’OIE travaille en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture pour améliorer les capacités des systèmes nationaux de santé animale et publique à faire face aux risques de santé animale avérés et émergents qui peuvent avoir des conséquences sur la santé publique. En plus d’améliorer et de veiller à la conformité des capacités des laboratoires nationaux dans les domaines à haut risque, l’OIE collabore à des projets axés sur « Une seule santé » pour des maladies prioritaires et élabore dans ce cadre des modèles opérationnels qui peuvent ensuite s’appliquer à la gestion d’autres maladies prioritaires avérées ou émergentes. L’auteur passe en revue le rôle et les activités entreprises par l’OIE en vue de renforcer les Services vétérinaires de ses Pays Membres pour une collaboration « Une seule santé » plus efficace et durable.