Résumé (suite)
L’étude de minisatellites polymorphes (méthode MLVA, pour multiple locus variable number tandem repeat analysis, basée sur la détection de petites séquences répétées en tandem sur le génome, appelées VNTR) permet à la fois une délimitation des espèces et une différenciation des isolats et représente donc un outil de première ligne idéal pour les études moléculaires dans le cadre des enquêtes sur les foyers épidémiques. Sont également disponibles depuis peu le séquençage du génome entier et l’analyse qui en résulte des SNP à l’échelle du génome. Ces approches innovantes devraient contribuer à mieux comprendre l’évolution, la spécificité d’hôte et la pathogénicité du genre Brucella.