Résumé
Les rôles respectifs des organismes normatifs internationaux ayant pour mandat de faciliter l’innocuité des échanges internationaux, tels que l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), la Commission du Codex Alimentarius, la Convention internationale pour la protection des végétaux et l’Organisation mondiale du commerce sont bien connus, de même que ceux des organisations internationales chargées des questions sanitaires au niveau mondial, à savoir, l’OIE, l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Toutefois, les évolutions actuelles du commerce international telles que la mondialisation croissante et l’émergence ou réémergence de maladies affectant l’homme et l’animal soulèvent de nouveaux défis et imposent à ces organisations de reconsidérer l’évolution future de leurs rôles. De nouvelles exigences et de nouveaux acteurs sont apparus, remettant en cause les mandats de ces organisations, ce qui donne lieu à des aires potentielles de conflit. La nécessité pour les pays de se positionner en tant que nouveaux partenaires commerciaux, ou de renforcer leurs parts de marché tout en préservant la sécurité des échanges pose une difficulté aux organisations normatives, qui doivent répondre à ces exigences sans pour autant ignorer les besoins des pays en développement. L’auteur décrit et examine ces défis et propose quelques perspectives d’évolutions afin que les organisations internationales puissent faire face à ces problèmes.
 
Mots-clés
Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires – Commerce sécurisé – Maladie émergente – Mondialisation – Norme privée – Organisation internationale.