Résumé
Les petits ruminants et leurs produits font l’objet d’échanges internationaux significatifs au plan économique, même si les volumes concernés sont moins importants que pour le commerce de bovins, de porcs, de volailles et de leurs produits. Outre la laine, ces échanges portent sur certains produits exclusifs (notamment le fromage de chèvre et de brebis, le cachemire et l’astrakan), tandis que dans certaines régions du monde, la viande de mouton et de chèvre participe à l’économie de subsistance. D’autre part, le commerce international de petits ruminants et de leurs produits suscite des considérations sanitaires car les ovins et les caprins sont des sources potentielles de zoonoses telles que la fièvre de la Vallée du Rift, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la brucellose et la listériose. Ces espèces peuvent également transmettre des maladies très contagieuses aux populations naïves de ruminants des pays importateurs, dont la peste des petits ruminants. Les conséquences peuvent en être dévastatrices, notamment pour les populations les plus pauvres qui dépendent des petits ruminants pour leur subsistance. En outre, les ovins et les caprins constituent une source importante de transmission du virus de la fièvre aphteuse aux bovins. Compte tenu des conséquences considérables de ces risques pour les échanges mondiaux, il est important de prendre en compte les espèces de petits ruminants dans les programmes de lutte contre la fièvre aphteuse destinés à améliorer l’accès aux marchés internationaux.
 
Mots-clés
Cachemire – Chèvre – Commerce international – Encéphalopathie spongiforme bovine – Fièvre aphteuse – Fièvre de la Vallée du Rift – Laine – Lait – Maladie – Ovin – Peaux – Peste des petits ruminants – Tremblante – Viande – Zoonose.