Mon panier (0)
Accueil > Fiche produit > Fiche extrait de produit
Fiche extrait de produit
Titre du produit :

Rage animale et humaine en Mongolie

Auteur(s) : N. Odontsetseg, D. Uuganbayar, Sh. Tserendorj & Z. Adiyasuren

Résumé :

En Mongolie, la prévalence de la rage animale varie d’une région à l’autre. Le loup (Canis lupus Linnaeus, 1758), le renard roux (Vulpes vulpes Linnaeus, 1758), le renard corsac (Vulpes corsac Linnaeus, 1768) et le chat de Pallas ou manul (Felis manul Pallas, 1778) constituent les réservoirs sauvages du virus dans la nature. Parmi les animaux domestiques, les espèces affectées sont d’abord les bovins, suivis des chameaux, des ovins, des chèvres et des chevaux. Un pic de prévalence de la rage animale a été enregistré dans les années 1970. L’incidence la plus élevée pendant cette même période a été relevée dans la province de Dundgovi. Le nombre de cas de rage animale a décliné au cours des années 1980. Ce déclin s’explique probablement par la diminution du nombre d’animaux sauvages faisant office de réservoirs et par la mise en œuvre de mesures sanitaires appropriées. Des cas de rage animale ont été enregistrés ces dernières années dans les provinces occidentales et dans celles du Khangaï. Le chien est la cause la plus fréquente de l’infection chez l’homme. Les programmes de vaccination des chiens doivent être améliorés afin de minimiser l’incidence de la rage humaine. Les auteurs décrivent l’épizootiologie et l’épidémiologie de la rage animale et humaine en Mongolie. Ils décrivent également les programmes de lutte mis en œuvre en Mongolie pour contrôler cette maladie.
 
Mots-clés
Chat de Pallas – Diagnostic – Épidémiologie – Épizootiologie – Loup – Mongolie – Pastoralisme nomade – Rage – Renard – Renard corsac – Vaccination – Zoonose.

< Retour